Diabétiques Anonymes

entetediabeteQu’on s’en souvienne, Susucre et Friandise vivent d’amour, d’eau fraîche… mais aussi d’insuline et de sucre, puisqu’ils sont diabétiques l’un et l’autre. Le diabète, c’est cette vacherie qui fait qu’une personne, en apparence saine, va brutalement tomber dans les pommes sans qu’on sache très bien si elle a trop, ou trop peu de sucre dans le sang. Le sucre et l’insuline sont les deux moyens à sa disposition pour remédier au malaise, qui survient d’autant plus souvent que son diabète est déséquilibré. Nos deux tourtereaux semblent être dans ce cas : le diabète leur joue de nombreux tours. Contribue-t-il à leur amour, dans une entente pernicieuse autour de la maladie? Aux diabétiques anonymes, où ils se sont rendus pour tenter de démêler tout ça, on n’espère pas rompre avec le diabète, ce qui hélas est impossible, mais bien apprendre à « faire avec ». Extrait…diabanonymes1diabanonymes2

Feco France et la Grande Guerre

 

La Feco, comme Federation of Cartoonists Organisations. Je suis nouvellement adhérente à Feco France, et ai adressé les deux dessins que voici sur le thème de la Grande Guerre, en vue du n°11 de « Fecocorico ». Se poiler sur le dos des poilus, fallait oser!1418nvellestechnosblog1418troissemainesblogPour en savoir plus sur Feco France, cliquez ici. J’ajoute par ici et a posteriori la page de Fecocorico#11 où figure le dessin retenu.

« Oyez, oyez, jardins partagés! »

Nous habitons une vaste résidence créée dans les années soixante, au cœur de la grande ville. Les bacs à sable au bas des immeubles ont changé de public : à quatre pattes, comme les bambins d’hier, mais plus poilus et dotés d’une truffe, les usagers actuels ont une fâcheuse tendance à s’y délester de leur matière la plus vile. Peut-être même que leurs maître(ss)es les y amènent exprès, allez savoir!… Mais ça devrait changer puisque nous envisageons de convertir ces bacs à sable en jardins collectifs, et de convertir, par la même occasion, ces odieux sans-gêne en gentils ramasseurs de crottes…Flyerjardinblog

Chenille de compagnie

Ça s’est presque passé comme ça. A ceci près que l’animal en question nous a faussé compagnie au bout de 48h, et que heu… on ne sait pas très bien quelle forme il arborait à ce moment-là! Il faut se rendre à l’évidence : les fruits et légumes bio nous invitent à moins de « chochottitude » en matière de petites bêtes,- pardon, il faut dire « biodiversité »-, mais moi, j’ai pas reçu l’éducation qui va avec! Mes tripes restent chochottes, et le resteront malgré toute ma bonne volonté. Manifestement, les enfants sont plus ouverts, et c’est tant mieux…

chenille1chenille2

L’hypo(glycémie) de Friandise

 

entetediabeteFriandise s’est injecté trop d’insuline, ou elle a trop mangé, ou trop tard… Ou encore elle a consenti un effort trop important pour sa dose d’insuline… BREF! Une hypoglycémie lui tombe dessus avec, au choix : fatigue, nausée, palpitations, tremblements, pâleur, troubles de la vision, de la parole, de l’humeur… Heureusement, Susucre intervient, et lui donne du sucre (en l’occurrence une part de lui-même). Relevons que Friandise « débranche » momentanément son cerveau, pour mieux faire face à ce malaise, en économisant le peu de sucre qui lui reste. De là vient qu’elle a oublié la survenue de l’hypo après son resucrage, ainsi que la sollicitude de Susucre, cette ingrate! Pour autant, lorsque Susucre lui offre de se resucrer, elle est en position assise, capable de croquer et d’avaler convenablement. Dans le cas contraire, Susucre aurait fait une injection (ou piqûre) de glucagon, de façon à contourner le risque de « fausse route »(quand l’aliment passe dans les voies respiratoires). Ouf…hypofriandise1hypofriandise2hypofriandise3