Vers l’abolition de la peine de mort

Encore aujourd’hui « La France a peur » ( Roger Gicquel, février 1976 ), mais plus de Patrick Henry le meurtrier du petit Philippe Bertrand : il est mort hier d’un cancer des poumons. La plaidoirie de Robert Badinter lui avait alors épargné la peine capitale, une étape décisive vers son abolition pure et simple cinq ans plus tard.
PatrickHenry
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s