Les grains de sel, supermarché coopératif

logoGDSMettre son grain de sel dans l’univers fade et pourtant carnassier de la grande distribution, tel est le dessein savoureux du supermarché coopératif « Les grains de sel » situé non loin du métro Tolbiac dans le 13e à Paris. Le principe est le suivant : d’un côté on acquiert des parts dans la coopérative Les Grains de Sel à hauteur de 100€ (ramenés à 10€ pour les personnes en difficulté) et l’on donne trois heures de son temps dans le mois pour prêter main forte aux quatre salariés; en contrepartie, on a accès au supermarché et à la note on ne peut moins salée qu’elle délivre en caisse. Les décisions sont collectives, notamment sur le choix des produits proposés à la vente: pas de tabou mais de la discussion voire de l’éducation… Ce dispositif est éprouvé depuis des années par La Louve dans le 18e, avec un franc succès.

J’ai été approchée sur le marché Blanqui cet été par Julie, une des quatre salariés, très convaincue elle-même. La semaine suivante j’assistais à une réunion incontournable, présentée par Adrien et Sébastien les deux initiateurs infatigables du projet, et signais mon chèque d’adhésion. À partir de là j’ai donné mes trois premières heures un dimanche après-midi pour distribuer des tracts sur la brocante de la Butte-aux-Cailles, ceci afin de grossir nos effectifs, autour de 600 personnes pour l’instant.

Le 18 octobre dernier avait lieu la pré-inauguration, l’occasion de nous réunir et de rencontrer les partenaires associatifs (Jean Bouteille pour le conditionnement en vrac des liquides, Nature et Progrès acteur historique de l’agriculture bio, Les Paniers bio du Val de Loire…) mais aussi institutionnels. Nous avons eu le droit à une visite guidée du supermarché qui prend tournure avec ses armoires réfrigérées et ses équipements high-tech. Un jour prochain de novembre, nous devrions même y faire nos courses…

 

Papier se conjugue au futur

Papier : je papie, tu papies, il/elle ne perd pas pied, nous papillonnerons encore et toujours, nos papilles en éveil… Car le papier convoque la culture et nos sens. Il imprime en nos corps et esprits le projet humaniste de la Renaissance.

Aujourd’hui le papier se cherche un deuxième souffle. L’usine Arjowiggins dans la Sarthe a été liquidée en mars dernier. Elle était « leader européen dans le secteur du papier recyclé haut de gamme grâce à des technologies de pointe » commente la journaliste de France3 pays de Loire venue couvrir l’opération « Sous les bulles, nos papiers ».

bdr

Ce recueil contient des dizaines de dessins en soutien à l’usine de Bressé-sur-Braye en Sarthe, imprimés sur des papiers recyclés et innovants produits sur place.

Ainsi deux de mes dessins, tracés sur papier et mis en couleur sur écran, ont-ils pris la lumière d’une caméra pour s’inviter dans les foyers de la région à la télévision, filmés enfin pour atterrir sur internet… recyclage infernal pour quel bilan carbone?

Phil Jarive joue persos

gabarit-flyer_A6-videsPhil Jarive, c’est 20 personnes à lui tout seul! Embarquez-vous pour une heure dans son univers à la fois poétique et incisif samedi 16 novembre à 21h au théâtre du Gouvernail dans le 19° à Paris, 5 passage de Thionville.
Diabète, écologie, fantasmes, argent… seront de la balade.
Réservations sur billetReduc.com