Royaume des morts

Demain je pars à Saint-Just-le-Martel non loin de Limoges, au festival international du dessin de presse. Ça va encore rappeler des trucs avec du sang partout… pile dans la thématique de ce strip, sauf que… ce sera un événement festif, on va dessiner tout plein, s’amuser comme des petits fous entre dessinateurs et avec le public du Limousin, yes !

stripsMort4lesangesdagnes.wordpress.com

Moumoune

Bel automne, n’est-ce pas? En souvenir de l’été, voici une note concoctée du temps où je transpirais en noircissant mon carnet de croquis sous un soleil de plomb. C’est l’histoire de Kim, cadet des « petites têtes », aux prises avec Moumoune. Avec le recul, je vois bien à quelle scène réelle correspondent ces élucubrations, et qui est Moumoune. Mais jamais, ô grand jamais, Kim n’a réagi ainsi ! Qu’il me pardonne, encore et toujours…moumoune1moumoune2moumoune3moumoune4

Diabétiques Anonymes

entetediabeteQu’on s’en souvienne, Susucre et Friandise vivent d’amour, d’eau fraîche… mais aussi d’insuline et de sucre, puisqu’ils sont diabétiques l’un et l’autre. Le diabète, c’est cette vacherie qui fait qu’une personne, en apparence saine, va brutalement tomber dans les pommes sans qu’on sache très bien si elle a trop, ou trop peu de sucre dans le sang. Le sucre et l’insuline sont les deux moyens à sa disposition pour remédier au malaise, qui survient d’autant plus souvent que son diabète est déséquilibré. Nos deux tourtereaux semblent être dans ce cas : le diabète leur joue de nombreux tours. Contribue-t-il à leur amour, dans une entente pernicieuse autour de la maladie? Aux diabétiques anonymes, où ils se sont rendus pour tenter de démêler tout ça, on n’espère pas rompre avec le diabète, ce qui hélas est impossible, mais bien apprendre à « faire avec ». Extrait…diabanonymes1diabanonymes2

L’hypo(glycémie) de Friandise

 

entetediabeteFriandise s’est injecté trop d’insuline, ou elle a trop mangé, ou trop tard… Ou encore elle a consenti un effort trop important pour sa dose d’insuline… BREF! Une hypoglycémie lui tombe dessus avec, au choix : fatigue, nausée, palpitations, tremblements, pâleur, troubles de la vision, de la parole, de l’humeur… Heureusement, Susucre intervient, et lui donne du sucre (en l’occurrence une part de lui-même). Relevons que Friandise « débranche » momentanément son cerveau, pour mieux faire face à ce malaise, en économisant le peu de sucre qui lui reste. De là vient qu’elle a oublié la survenue de l’hypo après son resucrage, ainsi que la sollicitude de Susucre, cette ingrate! Pour autant, lorsque Susucre lui offre de se resucrer, elle est en position assise, capable de croquer et d’avaler convenablement. Dans le cas contraire, Susucre aurait fait une injection (ou piqûre) de glucagon, de façon à contourner le risque de « fausse route »(quand l’aliment passe dans les voies respiratoires). Ouf…hypofriandise1hypofriandise2hypofriandise3