États Généraux du Dessin de Presse 2019

logoEGDPForts du succès de la première édition en 2018 à l’Unesco, les EGDP (États Généraux du Dessin de Presse/Cartooning Global Forum) se préparent à la deuxième édition du 2 octobre à la Mairie de Paris. Cette initiative originale, qui s’inscrit dans les Objectifs de Développement Durable (ODD) 2030 de l’ONU, a pour dessein que les acteurs du dessin de presse élaborent des recommandations à partir de leur expérience de terrain.

0DD5egaliteSexes

Voici les trois recommandations rédigées à la suite des EGDP 2018 dans le cadre de l’ODD5 sur l’égalité entre les sexes, sachant que les ODD4 (éducation de qualité), ODD10 (inégalités réduites) et ODD16 (paix, justice et institutions efficaces) ont également été pourvues:

  • Favoriser les représentations non genrées et questionner les cultures de genre, par le dessin de presse.
  • Sensibiliser les jeunes publics sur le fait que tous, garçons et filles, sont capables de dessiner des sujets d’actualité et de presse, qu’ils y sont encouragés, et que la société en a besoin.
  • Renforcer la promotion de l’égalité de genres en favorisant des événements avec des intervenants dessinateurs mixtes lors d’événements publics.

À mon échelle de petite fourmi dessinatrice, j’y contribue avec mes interventions pédagogiques (Mairie de Paris, Cartooning for Peace, Bnf-Estienne): en me montrant professionnelle comme dessinatrice en interaction avec les enfants; en représentant de nombreuses femmes dans mes dessins au tableau, ainsi que des personnes peu ou pas genrées; en encourageant les filles à dessiner, mais surtout à s’exprimer aussi fortement que les garçons au sein du groupe…

Enfin à voir sur le site des EGDP, le reportage de l’édition 2018 par la très belle artiste Sandra Wis dont l’humanisme et le talent n’ont d’égal que la longueur des cheveux (blancs comme les miens tel est le secret…).

Apprentis sages à Cartooning for Peace

logoCartooningForPeace

Le 9 novembre dernier à la Fondation Jean Jaurès, Cartooning for Peace a organisé une journée de formation en direction des dessinateurs de presse sur la médiation autour du dessin de presse en milieux scolaire et carcéral.

BasseDefcartooningForPeace

Trois semaines auparavant, Cartooning nous met gentiment la pression: « Grâce à votre coup de crayon et à votre humour, mettez en image une scène/un personnage que vous pensez rencontrer lors des ateliers que vous animerez à l’issue de la formation… »

Le jour J, les dessinateurs venus de la France entière ou presque, les membres de Cartooning for Peace, ainsi qu’Amandine Sécheresse et Benoît-Karim Chauvin, les deux formateurs fins connaisseurs des publics visés, tout ce petit monde se retrouve autour d’un café avant d’attaquer les choses sérieuses. Chacun se présente sous l’œil inqu… intéressé de l’équipe bienveillante. Se succèdent alors des séquences pédagogiques relevées par des techniques d’animation à base de post-it, gommettes, prises de parole en petits et grands groupes, danse folklorique, partie de chat-ballon, etc.

BasseDefCartooningCibleFemmes

Comme d’hab, les filles sont sérieuses: la blonde, la brune et la blanche, groupées autour d’une cible, s’adonnent à l’art des gommettes en vue d’une autoévaluation (à renouveler en fin de séance). Quant aux hommes, ils s’expriment mais font aussi des lectures transgressives… je le sais, c’est moi qui lui ai passé le bouquin, à notre ami au premier plan.

Oups, je viens de donner dans le stéréotype, à éviter ! Ça va qu’on est qu’entre nous… ou presque. Se pointent à l’heure du déjeuner: Plantu, président de Cartooning for Peace, et François Hollande, président de… de quoi au fait? Ah oui: président de la Fondation La France s’engage (qui soutient Cartooning for Peace). Ils sont accompagnés d’un groupe de jeunes du 93 venus débattre pendant une heure autour de la liberté d’expression. Plantu se paye Hollande sur grand écran, en nous exhortant à dessiner depuis le public où nous sommes planqués.

Et là c’est la mise en abîme, ou effet vache qui rit, ou encore fraise des bois : Hollande dessiné par Plantu, que je croque à mon tour dans un temps légèrement plus court que d’habitude…

Journée de rencontres réjouissante, donc ! Merci à tous, je ne sais pas pour les autres mais moi perso je ferai un peu moins la fière devant les publics scolaire et carcéral, hé, hé… Étaient présents, ponctuellement ou non, en plus de ceux que j’ai déjà cités : Barbara Moyersoen, Lisa Serero de Cartooning for Peace, Gilles Finchelstein pour la Fondation Jaurès, Arthur Colin, Benoît Vieillard, Alice Laverty, Kristian, Rodho, Amandine Ricart, Michel Cambon, Franck Lemort, les dessinateurs. J’en oublie, forcément…

Vivre ensemble, Les Mureaux 2018

Voici un raccourci en dessins de « la journée du vivre ensemble » 2018 aux Mureaux.  J’avais au préalable visionné cette vidéo édifiante quant aux ambitions et fondements du PTCE, véritable plan quinquennal pour la ville lancé officiellement le 30 septembre 2017:

J’avais le programme et quelques idées préconçues :

La table ronde était le moment-clé pour lequel on m’avait sollicitée. Roland Colin, anthropologue, et Annick Gouba, consultante en développement, allaient chacun apporter leur brique à l’édifice du « Mur Haut » :

Et voici ce qui sortit sur le vif de leurs témoignages tout personnels :

Par ailleurs des parents vinrent témoigner sur scène de leurs visions éducatives :

Des enfants témoignèrent sous forme de sketchs de leur vision de l’école ici et ailleurs, dirigés par Anne-Lind Perrucon de l’association Olibrius qui tout au long de l’année accompagne les parents, surtout les femmes, à travers des saynètes écrites chaque fois sur mesure. Les enfants portaient une casquette aux couleurs du CIC, partenaire de la journée :

Abdoulaye Lom pour l’ANAVSC (l’Association Nationale des Anciens Volontaires du Service Civique), et Jean-Marc Sémoulin que vous avez pu découvrir dans la vidéo avaient au préalable chauffé la salle (dessin de droite à son idée) :

Acteurs sur le terrain tels qu’associations, enseignant… y allèrent eux aussi de leur brique :

Enfin les jeunes vinrent chacun dire leurs espoirs et parcours prometteurs :

blablaSalleBasseDefLe chocolat Milka fait une transition avec les agapes offertes par des associations locales (APVB, La Ruche, Sahraoui, Femmes Unies, Bandenyah, Cœur de Fouta, Les Sentinelles 78, AIM 78, Femmes Ecquevilly, ITA-liens). N’oublions pas les danses africaines, les nombreux stands citoyens répartis dans le vaste « Espace des Habitants » , tout plein de participants à titres divers (jusqu’au dessinateur Plantu venu témoigner pour « Cartooning for Peace »). Le tout était très vivant, peut-être même un peu trop à certains moments…

Vivement l’édition 2019 !

 

Voir aussi les dessins pour le colloque organisé par le département des Yvelines, à propos des conséquences sur les enfants des violences conjugales : beaucoup moins festif mais très intéressant !