États Généraux du Dessin de Presse 2019

logoEGDPForts du succès de la première édition en 2018 à l’Unesco, les EGDP (États Généraux du Dessin de Presse/Cartooning Global Forum) se préparent à la deuxième édition du 2 octobre à la Mairie de Paris. Cette initiative originale, qui s’inscrit dans les Objectifs de Développement Durable (ODD) 2030 de l’ONU, a pour dessein que les acteurs du dessin de presse élaborent des recommandations à partir de leur expérience de terrain.

0DD5egaliteSexes

Voici les trois recommandations rédigées à la suite des EGDP 2018 dans le cadre de l’ODD5 sur l’égalité entre les sexes, sachant que les ODD4 (éducation de qualité), ODD10 (inégalités réduites) et ODD16 (paix, justice et institutions efficaces) ont également été pourvues:

  • Favoriser les représentations non genrées et questionner les cultures de genre, par le dessin de presse.
  • Sensibiliser les jeunes publics sur le fait que tous, garçons et filles, sont capables de dessiner des sujets d’actualité et de presse, qu’ils y sont encouragés, et que la société en a besoin.
  • Renforcer la promotion de l’égalité de genres en favorisant des événements avec des intervenants dessinateurs mixtes lors d’événements publics.

À mon échelle de petite fourmi dessinatrice, j’y contribue avec mes interventions pédagogiques (Mairie de Paris, Cartooning for Peace, Bnf-Estienne): en me montrant professionnelle comme dessinatrice en interaction avec les enfants; en représentant de nombreuses femmes dans mes dessins au tableau, ainsi que des personnes peu ou pas genrées; en encourageant les filles à dessiner, mais surtout à s’exprimer aussi fortement que les garçons au sein du groupe…

Enfin à voir sur le site des EGDP, le reportage de l’édition 2018 par la très belle artiste Sandra Wis dont l’humanisme et le talent n’ont d’égal que la longueur des cheveux (blancs comme les miens tel est le secret…).

Publicités

Réseaux sociaux, l’expo le 3 mai à Cannes

Demain à Cannes, tapis rouge à la Maison des Associations, 9 rue Louis Braille, pour la nouvelle exposition itinérante de l’association Le Crayon, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse. Cette cuvée, la troisième du genre après le FN et les droits des femmes, est dédiée aux réseaux sociaux. Pouce levé pour le dessin de l’affiche, sans faire trop de cinéma non plus…

afficheCrayonRéseauxSociauxLes 178 dessinateurs contributeurs du monde entier vont ainsi voyager à bord d’une flotte de 24 kakémonos de 1m par 2. Première escale demain à Cannes jusqu’au 15 mai, puis à Ramatuelle, Saint-Just-le-Martel, Carpentras…

…et peut-être un jour près de chez vous, en France, en Europe ou plus loin encore.

Poésie à quatre mains

Quand au printemps dernier j’ai rencontré Cyrille Zola-Place, des Nouvelles Éditions Place, il m’a très vite parlé de textes en contrepoint des 70 dessins que je m’apprêtais à exposer à saint-Just-le-Martel. Je n’avais jamais eu l’idée d’écrire des textes courts de la sorte auparavant. Nous nous y sommes adonnés à travers une partie de ping-pong jubilatoire, Philippe et moi, avec un goût certain pour l’aventure, et pas seulement amoureuse. Avec ses airs de simple passade, la rencontre avec monsieur Zola-Place fut fructueuse, je l’en remercie encore.96-98TexteImageSireneEcailleeBasseDef

genreUrbainErotismePour finir le livre existe bel et bien, mais à compte d’auteur, d’une auteure aiguisée par l’expertise d’un véritable éditeur. On peut se le procurer sur mon site, ou bien par exemple sur la table de la librairie « Le Genre Urbain » dans le 20e à Paris, dédiée aux ouvrages érotiques…

Comme de Saint-Just !

affichesaintjust-400x569

Saint-Just, cette année, fut l’occasion de nous voir décerner à Catherine Beaunez, Trax et moi, le prix spécial… « Martelles en tête » du nom de notre expo collective. L’occasion, encore, de me voir en caricature par Philippe Moine au milieu d’une belle brochette de dessinateurs : Sabatier, Noder et Maria Veronica Ramirez; de réaliser des aquarelles à partir des drôles de dessins de « Fantasmagories à 4 mains », livre que j’ai dédicacé entre autres à la table de Catherine Beaunez et Marie Morelle; l’occasion, enfin, de passer sous les presses du « Populaire du Centre » pour l’expo sur le droit des femmes initiée par Le Crayon …LA VACHE que de rencontres, MERCI à tous !!

Le Populaire du Centre

Le salon de Saint-Just a reçu la visite de Lucile Preux et Thierry Sallaud, rédactrice et  photographe au « Populaire du Centre », en quête d’infos sur l’exposition du droit des femmes par l’association Le Crayon. « Plafond de verre » s’est vu préférer d’autres de mes dessins lors d’un premier évènement en 2017. Quelques mois plus tard, il a cette fois bel et bien été censuré, puisqu’il figurait en couverture d’un catalogue avant de disparaître à la toute dernière minute sur l’injonction… d’une femme !MontageLePopulaireDuCentre

Fantasmagories à 4 mains

Entre deux expos ( Paris en novembre 2017 et Saint-Just-le-Martel les 10 jours qui viennent ), voici le bouquin intitulé « Fantasmagories à 4 mains » et sous-titré « amour, textes et desseins » ! Et dans le bouquin, en plus des 70 dessins, il y a 70 vrais morceaux d’écriture, conçus après coup et à quatre mains avec Philippe Bouget. Martine Mauvieux s’est fendue d’une préface et d’une introduction, grand merci à elle.

Si,- malheureux que vous êtes ! -, vous ne comptez pas venir à Saint-Just ( non loin de Limoges ) où je serai les deux prochains week-ends, il vous reste en dehors de la corde pour vous pendre : mon site avec sa « boutique », ou encore :

La librairie indépendante L’herbe rouge 1 bis rue d’Alésia dans le 14e à Paris, ainsi que Le Genre Urbain, 60 rue de Belleville dans le 20e, L’arbre à lettres 62 rue du faubourg Saint-Antoine et Le cabanon 122 rue de Charenton, dans le 12e.

Et d’autres opportunités à venir…

« Martelles en têtes » 29 sept – 7 oct

afficheSaintJustUne odeur de rentrée s’insinue dans les naseaux de la vache que je redeviens chaque année, à l’approche du festival de Saint-Just-le-Martel. Bof… pas très féministe comme approche. Heureusement ce coup-ci je m’acoquine avec Christine Trax et Catherine Beaunez à qui on ne la fait pas : « Martelles en têtes » pour ne pas se prendre la tête, saint-justement.

Cette triple expo aura lieu dans le gymnase avec : « Genre, quel genre ? » (Trax),  « Être une femme, c’est du sport ! » (Beaunez) et « Fantasmagories » (Lanchon).

Saint-Just-le-Martel c’est près de Limoges, en Nouvelle Aquitaine… qu’on se le dise et martèle, meuuuuh !