Glycémie, des hauts et des bas…

« Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation », nous explique la littérature. Ici, très vite, il faut évoquer la « glycémie », ou taux de glucose (de sucre, quoi…) dans le sang, qui rappelle par sa terminaison l' »alcoolémie », le taux d’alcool dans le sang… Cette quantité de sucre (ou glycémie, donc…) est capricieuse chez la personne diabétique. Au lieu de se cantonner entre les bornes respectables de 0,60 et 1,30 grammes par litre de sang (à la louche), elle s’adonne aux joies du toboggan, tantôt en hypoglycémie, sous la valeur de 0,60, tantôt en hyperglycémie, au-dessus de 1,30. A force de traquer les hypoglycémies, et les hyperglycémies, on finit à l’usage par laisser tomber « glycémie », pour ne plus parler que d' »hyper » ou d' »hypo ». Du coup, une « hypo » sonne comme « hippo » de « hippopotame », ce qui est juste grotesque. Mais il y a plus grave : le toboggan, c’est ludique pour le morceau de sucre (qui symbolise ici la glycémie), mais alors pas du tout pour la personne diabétique!lanchon-diabeteO

Publicités

Les fêtes de fin d’année de Susucre et Friandise

 

entetediabeteSusucre et Friandise sont en couple, et diabétiques. Ensemble, ils affrontent courageusement le chapelet des fêtes de fin d’année. La quantité, la nature de ce qu’on y propose à manger, et surtout la durée de ces repas, sont autant d’obstacles à leur (déjà précaire) équilibre diabétique. Cela dit sans chercher à casser l’ambiance, et malgré la sollicitude d’obligeants hôtes habités par l’esprit de Noël…diabgalette1diabgalette2